Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

La Correspondance de Léonie - 6

 

Lettres6

 

 

Saint-Auban, aujourd’hui.

 

 

 

Mon si tendre ami,

 

       Cette vipère de Rosina me gave de médicaments qui me donnent la nausée. Je ne suis pas malade, mais je vais le devenir ! Je ne suis pas sûre que ce soit de vrais médicaments. Ils m’ont bien dit de me méfier, certains seraient empoisonnés. Si ! Des faux qui font mourir les gens en bonne santé, parce que ce n’est pas la peine de vouloir repeupler l’univers, avec tout le chaos qu’il y a derrière. Ils m’ont dit aussi de ne plus faire ma toilette, car l’eau parfois se transforme en une sorte d’acide ou quelque chose comme cela. Mais vous, vous me comprenez, n’est-ce pas ?

 

        Pourquoi ne répondez-vous pas à mes lettres ?

 

      Savez-vous, Rosina a volé mes couleurs ! Pire que nos tendres garnements et mes crayons rouges ! Ils ont aussi changé le papier peint de ma chambre. Il est horrible avec de grandes formes noires si effrayantes, comme des monstres qui sortent des murs et veulent s’en prendre à moi. Je dois rester éveillée toutes les nuits pour les surveiller ! Venez me chercher, je n’en peux plus, je vous en conjure !

 

      Je ne suis pas sûre que ce Morand soit réellement médecin. Il veut que je lui parle, et toujours et encore... Il fait cela pour m’empêcher de partir avec vous. Je vous le dis mon affectueux, ce ceux eux les monstres ! Hier, Rosina a caché ma valise et accroché ma bicyclette au plafond de la salle de bain.

 

       Les murs de la chambre ont encore rétrécis, et les meubles changent tous seuls de place, constamment, c’est agaçant ! Je ne sais jamais où je dois mettre mes affaires. Rosina m’a grondée parce que je n’avais pas su où ranger l’écharpe que vous m’aviez offerte. Elle est très méchante... Ils me font des piqûres tous les jours et l’autre nuit, ils m’avaient même attachée aux barreaux du lit ! Ils me veulent du mal. D’ailleurs, je crois savoir pourquoi je ne reçois jamais vos lettres. Ils m’ont dit que Rosina les gardait pour elle ! Elle est jalouse ! Les voix me l’ont dit à l’oreille cette nuit. Je me plaindrai... Non, je vais la tuer aujourd’hui, en l’étouffant avec l’oreiller quand elle fait mon lit. Elle fait partie du complot. Quel jour sommes-nous déjà ? Je verrais ça demain...

 

      J’ai trop mal à la tête... Je ne m’entends plus penser, ils sont trop nombreux à me bourdonner dans le pavillon. Est-ce mes pensées ou les leurs ? Je ne me reconnais plus dans ce monde. Je n’y ai plus ma place. Cet endroit me hait et je lui rends bien. Je suis si perdue sans vous mon bel ange... Je sais bien que vous êtes un ange maintenant. Je reste persuadée que ce merveilleux voyage me ferait le plus grand bien. Je ne dors plus beaucoup depuis la nuit des temps, je suis lasse de tout, et ce repos me serait bénéfique. Nos montagnes me manquent.

 

      Je crois que je n’aurai pas besoin de ma maudite valise, inutile de m’encombrer, je n’aurai besoin que de si peu... En définitive, Rosina peut la garder... Je ne peux rester ici plus longtemps. Je vous attends avec tant d’impatience... Ici, c’est un mouroir...

 

 

        Augustin, mon aimé, venez me chercher, je vous en supplie !

 

 

        Votre Léonie

 

 

 

****

 

 

Le lendemain...

 

 

 

- « Bonsoir Léonie, comment allez-vous ce soir ?


 - Oh inutile de prendre cette voix de miel ou ce ton condescendant avec moi ! rétorque Léonie tout de go.


 - Ce n’est pas de la condescendance, ma voix est comme d’habitude je vous l’assure. Je tiens à vous garder parmi nous.


 - Quel égoïste ! Et mon voyage alors ? Ces gens me harcèlent et complotent contre moi, c’est insupportable. Je les entends toutes les nuits rôder autour de moi. Des vautours planant déjà sur ma charogne... J'peux pas rester !


 - Je suis sûr qu’il y a un moyen de les faire taire. Vous trouverez la solution... Je suis aussi là pour vous aider... Je le serai toujours.


 - Les moyens ?... Pfff, j’en ai fait le tour, vous savez. S’il y en avait un, je le saurai... De toute façon, je laisse ma valise à Rosina, le voyage sera plus léger.


 - Ce voyage n’est peut-être pas le seul moyen, qu’en pensez-vous ?


 - C’est le plus simple. Je ne veux pas rester. Pis, vous avez d’autres vieux boucs à vous occuper.


 - Léonie, ne décidez pas à ma place, vous n’êtes pas les autres... J’ai beaucoup d’affection pour vous.


 - Humm... je vois bien votre manège.


 - Et quel serait-il ?


 - Me garder pour me faire écrire et voler mes pensées. Je le sais, vous lisez mes correspondances ! Mais peut-être que je ne les poste pas toutes ? Vous voici bien attrapé ! Et si j’en avais cachées d’autres sous mon lit par exemple ? Ah !


   (silence)


   De toute façon, ils m’ont dit que j’écrivais pour du beurre ! Même Rosina m’a dit que ces lettres ne servaient à rien du tout ! Des mots dans un grand vide puisque jamais personne ne me répond... C’est un signe non ?


 - On écrit peut-être pour personne, mais jamais pour rien vous savez. On se revoit bientôt... à très vite... »

 

 

*           *

*

 

 

 

Tous droits réservés

© Anna Logon

Le 12 avril 2014

 

*

 

Pour lire La Correspondance de Léonie - 1

Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

Pour lire La Correspondance de Léonie - 2

Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

Pour lire La Correspondance de Léonie - 3

Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

Pour lire La Correspondance de Léonie - 4

Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

Pour lire La Correspondance de Léonie - 5

Anna Logon -   La Correspondance de Léonie

 

 

*

 

Pour découvrir l'Encrier d'Anna Logon, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous :

http://annalogon.eklablog.com/

 

 

*

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×